Mieux communiquer – La visualisation une soft skills

In Mieux communiquer - Pilier 4 by Ismail SadkyLeave a Comment

« Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ? »

Cette question vous a déjà certainement été posé quand vous étiez plus jeune.

Que vous ayez eu ou non la réponse à cette question, vous avez peut-être déjà eu cette envie de penser au métier de vos rêves.

Mais, est-ce vraiment le métier de vos rêves qui a été mis de côté … ?

Depuis tout petit, nous avons suivi une éducation pour nous former à exercer un métier. Nous avons appris à lire, à écrire, à compter, à raisonner. Nous avons été formés sur des compétences techniques (hard skills ) en vue d’être qualifié à exercer une activité professionnelle la plupart du temps en lien avec les études que nous auront suivies.

Mais à quel moment de notre parcours avons-nous appris à nous préparer au métier de nos rêves ? Avons nous suivi des cours pour nous apprendre à déterminer avec précision le métier de nos rêves, et la manière de parvenir à en vivre ? En ce qui me concerne, je n’ai jamais eu ce type de cours et à ma connaissance, ce sujet ne fait pas réellement partie intégrante des contenus de l’enseignement délivré par l’éducation nationale.

Et si vous étiez formé au métier auquel vous aspirez au plus profond de vous ?

Vous vous prépareriez alors, au moins mentalement, à assurer des fonctions qui vous font réellement vibrer, rêver, et qui vous procurent un élan de motivation inédit.

C’est le principe même de la visualisation, une compétence que l’on n’apprend pas à l’école mais qui peut nous être utile chaque jour. Cette soft skill consiste à effectuer un « brouillon mental » de ce que nous souhaitons vivre. Elle est utilisée fréquemment par les sportifs de haut niveau. Et pour cause, elle augmente considérablement leur performance et leur réussite.

Jack Nicklaus, un golfeur mondialement connu estimait que 50 % de sa réussite était du à la visualisation de ses coups (trajectoire de la balle, rebond, réception). Il imaginait avec précision la manière dont il souhaitait réaliser son coup avant de le réaliser.

Imaginez que à l’école, vous ayez eu des cours de visualisation pour augmenter de 50% votre chance de réaliser le métier de vos rêves (type de métier, type de fonction, environnement de travail, ambiance de travail, lieu de travail, équipes de personnes avec lesquelles vous aimeriez travailler). Cette capacité de visualisation ne s’improvise pas.

 La visualisation peut s’apprendre, comme une dscipline

« L’entraînement mental est bénéfique au sportif s’il est mené correctement, selon les règles et des consignes qui dépendent des objectifs à atteindre. Par exemple, pour améliorer sa technique, il est important de combiner l’entraînement mental à la pratique physique. Pour récupérer d’une blessure, il faut penser positivement. […] Si un sportif souhaite augmenter sa confiance et sa motivation à l’approche d’une compétition, il doit imaginer des situations positives, en réévoquant mentalement les enchaînements effectués à l’entraînement ou en se projetant dans la compétition à venir. »  L’essentiel – Cerveau & Psycho- D’où vient le mental des champions ?– Février/Avril 2015

Pour tirer tous les bénéfices de la visualisation , il y a  un véritable enjeu à la pratiquer quotidiennement. Certaines pratiques qui y sont liées permettent d’ailleurs d’augmenter la puissance et l’efficacité de la visualisation. On sait par exemple que les pratiques dites méditatives (telle qu’une simple prise de conscience, sans effort, du va et vient de votre respiration pendant quelques minutes) peuvent considérablement améliorer notre capacité de visualisation, et donc la réalisation de nos objectifs.

Une soft skill que l’on utilise tous les jours…

Cette soft skill qu’est la visualisation est en fait utilisé inconsciemment tous les jours. Lorsque vous souhaitez préparer votre repas par exemple, vous avez le réflexe, même un court instant de visualiser ce que vous souhaitez manger. Cette visualisation vous permet d’aller droit au but dans la préparation de votre repas par exemple .

En fait, bien que nous n’en ayons pas forcément conscience, visualiser est un préalable à l’action. Paradoxalement, les actions qui représentent environ 70% de nos journées, à savoir celles nécessaires dans l’accomplissement de notre métier, n’ont été que peu et rarement visualisées.

La visualisation en pratique

Asseyez-vous confortablement sur une chaise, dans un endroit où vous ne serez pas dérangé. Imaginez comment ce rendez-vous pourrait se dérouler, dans ses moindres détails. Visualisez par exemple la manière dont vous vous adresserez à votre interlocuteur, votre langage corporel, les mots que vous utiliserez, la façon dont vous porterez votre regard sur la ou les personnes qui vous écoutent. Imaginez vivre cette situation de la manière dont vous aimeriez qu’elle se déroule. Allez jusqu’à ressentir ce que vous procure cet entraînement mental à l’action. Tant que vous n’éprouvez pas de sensations agréables, recommencez votre visualisation en vous concentrant sur des pensées positives liées à cette future expérience, telle que la joie de pouvoir exprimer qui vous êtes.

Leave a Comment